Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quelques chansons pour les fêtes

par amisdecazaux 26 Décembre 2012, 19:19 animations

En cette période de fêtes, c'est le moment de chanter.

 

Le chant Pyrénéen le plus célèbre, est celui attribué à Gaston Phébus, Prince des Pyrénées, qui régnait sur de nombreuses vallées pyrénéennes entre l'Ariège et le Béarn, au XIVème siècle.

 

Il avait épousé une princesse navarraise, mariage qui permit à ses héritiers de devenir roi de Navarre.

 

Mais sa femme s'ennuyait et rentra dans son pays.

 

Alors, selon la légende, il écrivit ceci :

 

 http://www.youtube.com/watch?v=U0S_nOdQDF0

 

Paroles, en Occitan

Comment prononcer

(il existe de nombreuses variantes)

Traduction

Dejós ma fenèstra
 I a un auselon
 Tota la nuèit canta
 Canta sa cançon

 

Repic :


 Se canta, que cante
 Canta pas per ieu
 Canta per ma mia
 Qu’es al luènh de ieu

 Dessús ma fenèstra
 I a un ametlièr
 Que fa de flors blancas
 Coma de papièr

 

Repic

 

 Aquelas flors blancas
 Faràn d’ametlons
 N'emplirem las pòchas
 Per ieu e per vos

 

Repic

 

 Aval dins la plana
 I a un pibol traucat
 Lo cocut i canta
 Benlèu i a nisat

 

Repic

 

 Aquelas montanhas
 Que tan nautas son
 M’empachan de veire
 Mas amors ont son

 

Repic

 

 Abaissatz-vos, montanhas
 Planas auçatz-vos
 Per que posqui veire
 Mas amors ont son

 

Repic

 

 Aquelas montanhas
 Se rabaissaràn
 E mas amoretas
 Se raprocharàn

 

Repic

Détsous ma finestro
 Y a un awselou
 Touto la neït canto
 Canto sa cansou

 

Refrain :


 Sé canto qué canté
 Canto pass per iew
 Canto per ma mio
 Qu’èz al len de iew

 Dessuss ma finestro
 I a ün améliè
 Qué fa de flour blancos
 Coumo dé papié

 

Refrain

 

 Aquelos flour blancos
 Faran d’améillou
 Né émplirem las potchos
 Per iew e per bous

 

Refrain

 

 Abal dins la plano
 Y a ün piboul trawcatt
 Lou coucutt y canto
 Bélew y a nizatt

 

 Refrain

 

 Aquelos mountagnos
 Qué tan nawtas soun
 M’émpaitchoun de beïré
 Maz amour oun sou

 

Refrain

 

 Abaïssass bous mountagnos
 Planos awssass bous
 Perque possi beïre
 Maz amour oun sou

 

Refrain

 

 Aquelos mountagnos
 Sé rabaïssaran
 E’ maz amourétos
 Sé raproutcharan

 

Refrain

Sous ma fenêtre
 Il y a un petit oiseau
 Qui toute la nuit chante
 Chante sa chanson

 

Refrain :


 S’il chante, qu’il chante,
 Il ne chante pas pour moi
 Il chante pour ma mie
 Qui est loin de moi

 Au dessus de ma fenêtre
 Il y a un amandier
 Qui fait des fleurs blanches
 Comme du papier

 

Refrain

 

 Ces fleurs blanches
 Feront des amandes
 On s'en remplira les poches
 Pour moi et pour vous

 

Refrain

 

 En bas, dans la plaine
 Il y a un peuplier troué
 Le coucou y chante
 Peut-être y a-t-il niché ?

 

Refrain

 

 Ces montagnes
 Qui sont si hautes
 M’empèchent de voir
 Où sont mes amours

 

Refrain

 

 Abaissez vous, montagnes
 Plaines, haussez vous
 Pour que je puisse voir
 Où sont mes amours

 

Refrain

 

 Ces montagnes
 Se rabaisseront
 Et mes amourettes
 Se rapprocheront

 

Refrain

 

Cette chanson connait de nombreuses variantes. La voici en béarnais :

 

Si canti, qué canti
 Canti pas per jou
 Canti per ma mie
 Qui ey auprès de jou.

I

Aquères mountanhes 
 Qui tan hautes soun 
 M’enpèchen dé bédé
 Mas amous oun soun.

II
Débat ma frinestre
 Ja u ausérou
 Toute la noeyt cante 
 Cante sa cansou.
III
Si sabi las bédé 
 Ou las rencountra
 Passeri l’ayguete
 Chens poü dé néga.
IV
Hautes, ben soun hautes
 Més s’abachéran
 E mas amouretes
 Qué paréchéran.
V
Las poumes soun madures
 Las cau amassades
 Et las jouènes filhes
 Las cau marida.

 

 

La montagne est une barrière. Elle est aussi un refuge :

 

http://www.youtube.com/watch?v=PwakXyPJzIQ

 

Je sais dans la montagne,
 Un refuge perdu
 Qui se mire dans l'eau claire
 Des lacs verts d'Orgélu
 Ouvert aux quatre vents
 Aux montagnards perdus
 Dans la brume et la neige
 Comme un port du salut,


 Qu'il fait bon s'endormir
 Au refuge le soir
 Près du feu qui s'éteint
 Au pays des isards

 

 

 Je sais dans la montagne,
 Un refuge perdu
 Entouré d'asphodèles
 De sapins chevelus
 Une histoire d'amour
 A commencé là-bas
 Quand une nuit d'octobre
 J'y ai dormi près de toi


 Qu'il fait bon s'endormir
 Au refuge le soir
 Près du feu qui s'éteint
 Au pays des isards


 Ton cœur est mon refuge,
 Et tes yeux sont pour moi
 Ces lacs verts ou se mire
 Mon bonheur et l'amour,
 Et dans ma solitude,
 J'y viens chercher souvent
 Un soupir qui rassure
 Un regard apaisant


 Qu'il fait bon s'endormir
 Au refuge le soir
 Près du feu qui s'éteint
 Au pays des isards

 

La grange de Sours et le village

 Le refuge : la grange de Sours et au fond, Cazaux-Debat

 

Halte là !

 

Les montagnards sont là

 

école de Cazaux-Debat 1936

 Les montagnards : écoliers de Cazaux-Debat, 1936

 

 

 

Refrain
 
Halte là, halte, là halte là
 Les montagnards, les montagnards
 Halte là, halte là, halte là
 Les montagnards sont là
 Les montagnards (bis) les montagnards sont là.

I

Montagnes Pyrénées vous êtes mes amours
 Cabanes fortunées vous me plairez toujours
 Rien n’est si beau que ma patrie
 Rien ne plaît tant à mon amie
 OH ! montagnards (bis) chantez en cœur (bis)
 De mon pays ( bis ) la paix et le bonheur.

II

Laisses là tes montagnes, disait un étranger
 Suis-moi dans mes campagnes
 Viens ne soit plus berger
 Jamais, jamais, quelle folie
 Je suis heureux dans cette vie
 J’ai ma ceinture (bis) et mon béret (bis)
 Mes chants joyeux (bis) ma mie et mon chalet.

III

Sur la cime argentée de ces pics orageux
 La nature domptée favorise nos yeux
 Vers les glaciers d’un plomb rapide
 J’atteins souvent l’ours intrépide
 Et sur les monts (bis) plus d’une fois (bis)
 J’ai devancé (bis) la course du chamois.

IV

Déjà dans la vallée tout est silencieux
 La montagne voilée se dérobe à nos yeux
 On n’entend plus dans la nuit sombre
 Que le torrent mugir dans l’ombre ?
 Oh ! montagnards (bis) chantez plus bas (bis)
 Thérèse dort (bis) ne la réveillons pas.

 

Une version décallée :

 

http://www.youtube.com/watch?v=jguy44pAQSo

 

Version chantée par Jean Lassalle, député des Pyrénées Atlantiques et président de l'association mondiale des élus de montagne, lors de la conférence de Bafoussam, au Cameroun, en 2006

 

Comme quoi, il ne faut pas hésiter à chanter, même si on est un peu approximatif ! Choisissez bien le lieu et le moment, tout de même : là les hôtes ont l'ai un peu surpris !

 

 

Quand le montagnard est loin de sa montagne, il dépérit :

 

http://www.youtube.com/watch?hl=fr&v=C0jV57wR2i8&gl=FR

 

 

Paroles Traduction

Bèth cèu de Pau
 Quoan te tournarey bede ?
 Qu’ey tant soufert despuch qui t’ey quitat.
 Si-m cau mouri chens te tourna rebede
 Adiu, bèth cèu, t’aurey pla regretat.
 Qu’auri boulut, Bearn canta ta gloère
 Mes nou pouts pas, car que souy trop malau
 Moun Diu, moun Diu ! (bis)
 Lechat me bede encoère (bis)
 Lou cèu de Pau , lou cèu de Pau.(bis)

 

Gé, qu’èri soul dens ma triste crampete
 A respira lou perfum deu printemps
 Quoan tout d’u cop, ue praube irounglete,
 Pousse u gran crit e puch en mème tems
 U esparbè cour sus la beroujine
 Say, say  t’aci, jou nou t’harey pas mau !
 Rentre dehens, que parleram praubine (bis)
 Deu cèude Pau deu cèu de Pau.(bis)

 

Qu’as tu pensat, la mie praube amigue
 De biadja soule, chens nat secours ?
 Repause drin, de courre que fatigue,
 Aci, n’as pas à cranhe lous autours
 Perque trembla ?
 Ben n’es pas presounère
 Que pods parti si n’ey pas ço qui-t cau
 Repren toun bol, ben boultiga leugère (bis)
 Au cèude Pau au cèu de Pau. (bis)

 

Mes, que t’en bas, beroje messadjère
 Adiu, adiu ! Chens tu qu’em bau mouri.
 Car lou boun Diu enta d'eth que m’apère
 Douma, belheu nou serey mes aci.
 Puchque t’en bas, ben- t-en ta la mountanhe
 Ben ha toun niet debach nouste pourtau
 Qu’auras de tout, ta tu e ta coumpanhe
 Au cèu de Pau, au cèu de Pau (bis)

Beau ciel de Pau, quand donc te reverrais-je
 J'ai tant souffert depuis que je t'ai quitté
 Si je dois mourir sans te revoir
 Adieu beau ciel, je t'aurai tant regretté
 J'aurais voulu , Béarn, chanter ta gloire
 Mais je ne peux pas, car je suis trop malade
 Mon dieu, mon dieu, laissez-moi voir encore
 Le ciel de Pau, le ciel de Pau

 

 

 

 

Moi j'étais seul dans ma triste petite chambre
 A respirer le parfum du printemps
 Quand tout d'un coup, une pauvre hirondelle
 Pousse un grand cri car en même temps
 Un épervier fonce sur la jolie
 -Viens ici, viens ici , je ne te ferai pas de mal
 Rentre dedans, on parlera pauvrine
 Du ciel de Pau, du ciel de Pau

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais tu t'en vas, jolie messagère
 Adieu, adieu , je sens que je vais mourir
 Car le bon dieu vers lui, m'appelle
 Demain peut-être, je ne serais plus ici
 Puisque tu t'en vas , va-t'en dans la montagne
 Viens faire ton nid dessous notre porche
 Tu auras de tout pour toi et ta compagnie
 Au ciel de Pau, au ciel de Pau

 

En corale :

 

http://www.youtube.com/watch?v=vk5ndGTB_Dw

 

Pour finir avec une chanson d'au revoir, mais pas triste :

 

http://www.youtube.com/watch?v=nXSWuQqjxpI

 

Paroles Traduction

ADISHATZ
paraulas e musica : Bernard Boué

 

1) Lo purmèr dia d'escòla , desvelhat tot doçament,
Esbarrit en aqueth monde, hart de plors e de turments,
E après quauques annadas, cade setmana en pension,
Vivèr drin mei loenh de case, descobrir d’autes faiçons.

 

Repic : Adishatz, qu'ei a partir !
Tornarèi , u bèth matin , amic !
Qu’ei ací qui cau fenir,
Shens nat brut, shens nat chepic.

 

2) Vint ans dejà lo bèth adje, sentiment de libertat,
Qu’era lo temps de la hèsta , en cantan noste amistat.
Las purmèras amoretas, debat lo cèu estelat,
En los uelhs d'ua gojata, qui no calè pas deishar..

 

3) Plan ganhar la sua vita, qu’ei sovèn luenh deu país,
Lo trivalh deus joens adara, que’us a miat dinc a Paris.
Alavetz tà las vacanças, que vienen passar l’estiu
Au cor d’un petit vilatge, airejat per noste arriu.

AU REVOIR

 

 

1) Le premier jour d’école , tout juste réveillé ,
Perdu dans ce monde plein de pleurs et de tourments.
Et quelques années après, chaque semaine en pension,
Vivre loin de chez soi, découvrir d’autres horizons.

Refrain : Au revoir, je dois partir ,
Je reviendrai un beau matin , ami !
C’est ici qu’il faut finir ,
Sans aucun bruit, sans aucun soucis.

2) Vingt ans le bel âge , sentiment de liberté,
C’était le temps de la fête, où l’on chantait l’amitié.
Les premières amourettes sous le ciel étoilé,
Dans les yeux d’une fille qu’il ne fallait pas laisser.

3) Bien gagner sa vie, c’est souvent loin du pays,
Le travail des jeunes les a conduit jusqu’à Paris .
Alors pour les vacances ils viennent passer l’été,
Au coeur du petit village, vivifié par notre rivière.

 

ADISHATZ !

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Haut de page